bandeau

Les 60 ans

60èmeANNIVERSAIRE DES A.C.P.G. DU CANTAL
1945-2005
Cérémonie présidée par Mr Paul BOISNIER, Vice-président de la Fédération Nationale

Il y a 60 ans

C'est en Mars, Avril ou Mai 45, que la plupart des camps furent libérés. Mais entre l'heure émouvante de cette libération et leur retour en terre natale, les P.G. libérés vont encore vivre une grande période d'incertitude. Souvent livrés à eux mêmes, recevant ordres et contrordres de leurs libérateurs, délivrés certes de leurs gardiens et barbelés, mais toujours en terre d'exil, ils vont se débrouiller, seuls, encore seuls pour rejoindre, certains des centres de rapatriements, d'autres les frontières françaises, par leurs propres moyens.

Il ya 60 ans... à peine entrés en France, les P.G.vont chercher à se regrouper; comme s'ils n'arrivaient plus à vivre séparés les uns des autres; comme si les liens de survie et de solidarité qu'ils avaient noués entre eux pendant leurs longues années de captivité les rattachaient toujours les uns aux autres.

Il y donc 60 ans... que dans le Cantal le 12 Juin 1945 très exactement, notre association a vu le jour et a déposé ses statuts à la Préfecture d'Aurillac. Les membres fondateurs ont été les survivants: BASTIDE Frédéric, BENOIT Antoine, PIALES Paul, SERRES Fernand, MADELPUECH Jacques, GUILLAUME René, LETANG Paul.

Il s'est créé, à la même époque, des associations similaires dans tous les départements de France qui, regroupées au niveau national, ont fondé notre Fédération Nationale des A.C.P.G. Certains ont craint, à l'époque, que ces regroupements ne soient l'occasion de ressasser un peu trop les difficultés vécues et par là d'en chercher des responsables, des coupables, mais rien de cela. Ils n'ont pas créé des groupes de pression, intellectuels, politiques ou philosophiques Non!.

Comme l'ecrit Armand LANOUX de l'Acadamie Goncourt, ces regroupements:«·ont favorisé l'éclosion d'une sagesse diffuse, une réflexion, un esprit de mesure et de modération, une compréhension plus large, à base d'amitiés et de solidarité. l'amitiés des promiscuités difficiles et des faims partagées, le déchirant «ce n'est qu'un au revoir mes frères» des départs et des transferts, l´espoir désespéré de la liberté était resté dans le sang et le coeur de ces taciturnes. C'est de cette manière qu'ils ont agi, assez nombreux pour influencer une société par leur seule manière d'être. Ils ont dégagé autour d'eux quelque chose qui ressemblait à une paix intérieur... Depuis 1945, le «GEFANG» (mot d'argot désignant le prisonnier des camps), de retour en France, a fourni un réservoir de sagesse, de pondération, gardant de ses médidations morose d'Oflag ou des ses travaux forcés de stalag ou de Kommando, une tendance à la réflexion et à l´indulgence. Devoir vivre de presque rien durant des années dans des espaces étroits, supporter les autres, garder le moral malgré tout lui ont donné cette acceptation des différences entre les hommes qui le caractérise, il est devenu naturellement tolérant·»

Malheureusement plus de 40 000 P.G. sont morts en Allemagne et de très nombreux autres n´ont pas survécu longtemps après leur retour. Et même si, pour la plupart, ils sont morts dans l´isolement et souvent l'indifférence de tous, ils sont morts pour des idées, ils sont morts pour la Liberté, ils sont morts pour la Paix. Mais ils ont laissé pourtant derrière eux bien d'autres victimes que l´on oublie souvent : ce sont leurs parents, leurs enfants, leur femme.

Mesdames, femmes de P.G. décédés en terre d'exil, ou des cause de leur insupportable détention, notre Fédération Nationale et notre Association Départementale ne veulent pas vous oublier: vous avez été fortes, seules souvent sans ressources et sans moyens; il a fallu vous battre aussi pour nourrir vos familles, dans un contexte de suspicion, de dénonciation; vous avez souvent, au péril de votre vie, aidé des évadés, des résistants. Nous vous devons respect et reconnaissance.

C'est pourquoi notre Association du Cantal a voulu faire le 12 juin 2005 une cérémonie exceptionnelle pour rendre hommage à nos glorieux anciens, pour témoigner notre reconnaissance à vous Veuves de P.G. . Venez nombreux et nombreuses à cette manifestation du 12 juin 2005 à AURILLAC; tous ensemble nous montrerons aux générations qui nous suivent qu'il ne faut pas oublier les horreurs d'hier pour faire de demain une Patrie et un monde meilleurs et en Paix pour l'éternité.

Enfin relisons et faisons nôtre cette pensée de Mr Albert CAMUS:
Dans une Nation (dans un monde) libre et passionnée de VERITÉ, l'homme recommencera à prendre le goût de l´homme, sans quoi ce monde ne sera plus qu'une immense solitude»

Et pour terminer les quelques anciens combattants de la 3ème génération du feux, ceux d'AFN, vos enfants qui vous accompagnent dans la gestion de notre association veulent vous assurer de leur dévouement et de leur fierté de vous connaître de vous fréquenter et d'être des vôtres. Merci de nous avoir acceptés parmis vous.

Jaques LAURENT
Co-Président Départemental.

Logo