bandeau

Les 50 ans

Années noires de notre vie

1940 - 1944 - 1945 : dates historiques, dates mémorables qui ont profondément marqué la vie non seulement de tous les Français, mais du monde entier.

N'ayons pas la mémoire courte. Rappelez-vous la tragédie de mai 1940, la ruée des Panzers division qui disloquent l'armée française ; plus de 2 millions de soldats encerclés, le désarroi des populations face aux envahisseurs, les abandons de domicile, les routes envahies par les convois militaires et civils tués (150.000 morts), occupation de notre pays... Quelles pages noires pour la France !

Et tous ces soldats captifs, parqués, tels des troupeaux parfois sans nourriture, sans boisson, puis marchant des jours et des jours vers où... nous demandions-nous ? Quelle épreuve physique et surtout morale ! sans nouvelles des familles, humiliés dans notre honneur de soldat, dépouillés de tous nos souvenirs, épuisés, et la faim, et la soif, la mort pour celui qui ne peut suivre ou qui tente de fuir. Et l'esclavage à l'arrivée dans des camps entourés de barbelés avec miradors.

Savamment étiquetés et numérotés, nous allons grossir, suivant nos numéros, ces machines-outls vivantes.

Et c'est cette captivité qui n'en finit pas, l'incertitude, le cauchemar. Elle ne peut se terminer qu'avec la fin de la guerre. Et il a fallu 5 ans à des forces armées rassemblant le Royaume Uni, les Etats Unis, l'U.R.S.S. aidées des partisans de tous les pays pour abattre le monstre hitlérien, preuve irréfutable qu'en 1940, avec les faibles moyens mis à sa disposition, l'Armée française était incapable d'arrêter les forces nazies.

Mais 5 ans d'exil, de séparation familiale, sans nouvelle de l'épouse, des enfants, des parents, quel calvaire ! Subir une telle épreuve transforme un homme - devient une expérience humaine inégalable - groupés suivant nos numéros de matricule, les hasards d'un rassemblement ou les caprices d'un chef ; venus de tous les coins de France, d'horizons les plus divers, nous apprîmes rapidement à nous connaître et à nous estimer. Alors que parfois tout nous divisait au départ, naquirent une compréhension mutuelle, des liens d'amitié et de solidarité. Et on découvrit la valeur inappréciable de la liberté, du respect des opinions d'autrui, du sens profond des mots Liberté, Egalité et Fraternité.

Ainsi est né ce que l'on a appelé l'esprit P.G. ; cet esprit qui dominait toutes les divergences pour mettre en évidence la tolérance et la fraternité. C'est cet état d'esprit qui a fait la force et la continuité de notre Fédération.

Alors je pense que, 50 ans après, nous pourrions beaucoup réfléchir sur les bienfaits non seulement de la victoire du monde libre sur le nazisme, mais aussi sur ceux de la réconciliation entre les peuples. Chers amis, restons unis et fraternels.

1945 - 1995 Il y a 50 ans, nous n'avons pas oublié

1994 - Le cinquantenaire du débarquement des alliés et des troupes françaises ralliées au Général de Gaulle ; puis la libération de la presque totalité de notre patrie ont créé chez les Français et à travers l'Allemagne des Kommandos, des stalags et offlags un indicible et inoubliable espoir, un enthousiasme, annonciateurs de victoire et de Paix.

1995 - Le cinquantième anniversaire de la capitulation sans conditions des armées hitlériennes sous les coups conjugués des armées alliées et de la résistance marque pour tous la fin d'un terrible cauchemar.

Honneur à tous les combattants avec ou sans uniforme qui durant des années ont sacrifié ou risqué leur vie pour mettre fin à des années d'occupation, de répression, de déportation d'hommes, de femmes, d'enfants ; années de honte, pour une idéologie qui a fait des millions de morts.

C'est aussi le cinquantième anniversaire de la libération des camps de prisonniers de guerre, des camps de déportés et le retour si attendu de tous ces hommes qui ont tant souffert physiquement et moralement. Ils seront près de deux millions de Français dont plus de 1,2 millions prisonniers à retrouver enfin leur patrie, leur village, leur maison et ceux qu'ils aiment.

Dans le cadre des cérémonies organisées pour marquer le 50ème anniversaire du retour, n'oublions pas les combats de 1940 trop souvent méconnus et rendons hommage aux 120 000 camarades morts au cours de la Bataille de France. Saluons aussi la mémoire de nos disparus en captivité ou morts depuis leur retour et aidons leurs veuves, leurs orphelins ainsi que les handicapés, les malades et tous nos compagnons de captivité parfois isolés et dans le besoin et ceux qui sont hospitalisés ou en maison de retraite.

Aussi c'est dans la dignité et dans une ferveur sans égale que nous devons célébrer ce solennel anniversaire en y associant le souvenir de tous ceux qui pendant cinq longues années ont souffert pour nous et se sont employés à atténuer notre épreuve et nos misères.

Cet anniversaire nous concerne tout particulièrement - il est gravé dans nos coeurs et nos têtes - aussi il vous est demandé d'assister nombreux aux cérémonies commémoratives qui seront organisées dans toutes les communes.

Lucien COUSSIN

Logo